Le Japon imposera à Apple et Google d’autoriser d’autres magasins d’applications Le Japon va forcer Apple et Google à permettre d’autres magasins d’applications


Les utilisateurs Apple au Japon pourraient bientôt pouvoir télécharger des applications sur leur iPhone en dehors des limites de l’App Store et les payer moins cher.

Barre de navigation supérieure dans l'App Store de l'iPhone avec catégories d'applications déroulantesBarre de navigation supérieure dans l'App Store de l'iPhone avec catégories d'applications déroulantes
Apple devra autoriser les magasins d’applications tiers au Japon | Image : Christian Zibreg/IDB

Le gouvernement japonais se prépare à sévir contre les magasins d’applications exploités par Apple et Google, rapporte Nikkei Asia. Les détails de la réglementation seront élaborés au printemps 2024, lorsque le projet de loi sera envoyé au Parlement.

La Commission japonaise du commerce équitable pourrait infliger aux contrevenants une amende d’environ six pour cent des revenus générés par les ventes d’applications dans le pays, à moins qu’ils ne se conforment au projet de loi.

Le Japon oblige Apple et Google à autoriser les magasins d’applications et la facturation alternatifs

Nikkei Asie :

La législation qui devrait être soumise au Parlement en 2024 limiterait les mesures prises par les opérateurs de plateformes pour maintenir les utilisateurs dans leurs propres écosystèmes et exclure les concurrents, en se concentrant principalement sur quatre domaines : les magasins d’applications et les paiements, la recherche, les navigateurs et les systèmes d’exploitation.

Apple n’autorise pas la facturation par des tiers pour les transactions sur l’App Store, comme les téléchargements d’applications et les paiements via l’application, afin de protéger sa réduction de 30 % des recettes.

Malheureusement, cela se traduit par des prix plus élevés pour les consommateurs. Apple interdit également les magasins d’applications alternatifs sur l’iPhone. Google, pour sa part, autorise les magasins d’applications tiers sur Android, mais exige toujours que les applications utilisent son système de facturation.

Mais une fois que le Japon aura mis en œuvre une nouvelle législation, les développeurs locaux pourront « gérer des magasins de jeux dédiés sur les appareils iOS, ainsi qu’utiliser les systèmes de paiement avec des frais inférieurs des sociétés fintech japonaises », explique Nikkei.

Qu’en est-il des États-Unis et de l’Europe ?

Aux États-Unis, Google a accepté de payer un règlement de 700 millions de dollars dans le cadre d’une affaire antitrust déposée contre lui par Epic Games. Epic a poursuivi Apple plus tôt, mais n’a pas réussi à obtenir la victoire. Cependant, le tribunal a émis une injonction exigeant qu’Apple supprime les dispositions anti-direction et autorise les options de paiement pour les applications externes.

La société n’a pas encore mis en œuvre de modifications permettant aux développeurs d’ajouter un bouton ou un lien vers leurs applications qui redirige les clients vers des sites Web proposant des options de facturation tierces.

Le Japon n’est pas le seul marché sur lequel Apple devra apporter des modifications au modèle commercial de l’App Store. L’entreprise se prépare déjà à cette éventualité dans l’Union européenne, où la loi sur les marchés numériques interdit aux soi-disant contrôleurs d’accès de restreindre les magasins d’applications tiers et les paiements externes.

En conséquence, une future mise à jour du logiciel iOS permettra des magasins d’applications alternatifs sur l’iPhone, mais uniquement pour les clients européens.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*