Le FBI aurait contourné la sécurité de l’iPhone du tireur de masse de Pensacola


Après avoir tenté de forcer Apple à déverrouiller une paire d’iPhones verrouillés par mot de passe, un nouveau rapport suggère que le Federal Bureau of Investigation a réussi à contourner au moins l’un des iPhones utilisés par le tireur de masse Pensacola sans l’aide d’Apple.

Cela vient d’un rapport publié lundi CNN, affirmant que le FBI a réussi à accéder à l’un des deux iPhones utilisés par Mohammed Saeed Alshamrani, le tireur de masse qui a ouvert le feu sur une base aéronavale de Pensacola, en Floride, l’année dernière. Le FBI n’a pas pu accéder à l’un des iPhones pendant des mois.

Cependant, des mois plus tard, il semble que le FBI ait contourné l’un des combinés. À la suite de cela, l’agence dit avoir découvert des liens avec l’organisation terroriste connue sous le nom d’Al-Qaïda:

Les enquêteurs américains ont découvert la connexion avec Al-Qaïda après que le FBI a franchi le cryptage protégeant les iPhones de l’attaquant saoudien, ont déclaré les responsables. Le procureur général William Barr et le FBI devraient annoncer les conclusions lundi lors d’une conférence de presse.

Mohammed Alshamrani, membre de la Royal Saudi Air Force, qui s’était entraîné à la Naval Air Station Pensacola, a été tué par les forces de l’ordre lors de l’attaque.

Une percée sur le cryptage du téléphone du tireur désarme temporairement une confrontation entre le ministère de la Justice et Apple sur la sécurité nationale et les limites du cryptage et de la confidentialité. Le gouvernement s’est plaint ces dernières années qu’un cryptage renforcé, sans la possibilité pour les forces de l’ordre d’obtenir un accès aux données ordonné par le tribunal, mettait en danger le public.

De son côté, Apple fait fournir au FBI des données iCloud relatives à Alshamrani, mais, comme c’est le cas pour le cours, la société a refusé d’aller au-delà de cela et ne fournirait aucun moyen spécifique à l’agence de police pour contourner la mise en œuvre de la sécurité sur les combinés. C’était l’une des déclarations d’Apple à ce sujet à l’époque:

Nous avons le plus grand respect pour l’application de la loi et avons toujours travaillé en collaboration pour aider dans leurs enquêtes. Lorsque le FBI nous a demandé des informations sur cette affaire il y a un mois, nous leur avons donné toutes les données en notre possession et nous continuerons à les soutenir avec les données dont nous disposons.

La société allait plus tard poursuivre et dénoncer la mise en œuvre de tout type de porte dérobée, un élément du logiciel et du matériel d’Apple que le FBI et d’autres organisations souhaitent que la société implémente. La société a déclaré à plusieurs reprises qu’une porte dérobée n’était pas «réservée aux bons gars» et qu’elle permettrait à des individus et des groupes infâmes d’accéder à des appareils.

Nous avons toujours soutenu qu’il n’y a pas de porte dérobée juste pour les bons. Les portes dérobées peuvent également être exploitées par ceux qui menacent notre sécurité nationale et la sécurité des données de nos clients. Aujourd’hui, les forces de l’ordre ont accès à plus de données que jamais auparavant, de sorte que les Américains n’ont pas à choisir entre affaiblir le chiffrement et résoudre les enquêtes. Nous pensons que le chiffrement est essentiel pour protéger notre pays et les données de nos utilisateurs

Cette situation a entraîné de nombreux échanges entre le ministère de la Justice, en particulier le procureur général des États-Unis, William Barr, et Apple. En janvier, le U.S.AG a demandé à Apple, en termes clairs, d’aider le gouvernement à accéder aux deux iPhones du tireur de masse. Cependant, un jour plus tard, Apple refusait déjà la «demande publique».

En janvier, un rapport de Le New York Times qui décrivait comment certaines des demandes du gouvernement fédéral et des agences de police visaient principalement à susciter une inquiétude du public au sujet du chiffrement de bout en bout et pas tellement d’autre chose. La raison en est que, selon le rapport, la majorité des demandes visent des iPhones plus anciens, qui sont tous «plus faciles à casser», comme l’ont décrit les experts en la matière. Dans ce cas, le tireur de masse Pensacola utilisait un iPhone 5 et un iPhone 7.

Apple semble tenir bon à cet égard. Il s’appuie sur la sécurité personnelle et la confidentialité des utilisateurs pour se différencier sur les marchés occupés des smartphones / technologies personnelles. Le cryptage de bout en bout est un gros problème pour Apple, entre autres éléments de sécurité, et il ne semble pas qu’Apple abandonnera cet idéal de sitôt.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*